ASSOCIATION INTERNATIONALE DES ARGANOPHILES

(A.I.A.)

Pour un Développement Durable à base d'Arganier

  • Objectifs

  • Activités

  • Partenaires

  • Description

  • Usages

  • Regression

  • Avenir

Vous pouvez participer à nos activités ...

Vous pouvez aussi parrainer un arganier !

Prenez contact avec nous

arganier dresse

photo de la couverture du livre

L’arganier est un exemple vivant de parfaite symbiose entre l’homme et la nature. En parcourant l’histoire, le droit, la sociologie et l’écologie, ce livre évoque les aspects complexes et fascinants de la « civilisation de l’arganier ». Il démontre que loin d’être un arbre du passé, l’arganier est un arbre d’avenir et un espoir de développement pour les populations rurales du sud-ouest marocain. Cet arbre multi-usages a façonné le pays et sculpté les paysages, il a nourri les hommes et les animaux, il a retenu le sol qui sans lui aurait été emporté vers l’océan. L’arganier est symbole de l’éternité : présent avant l’arrivée de l’homme, il l’a accompagné depuis l’antiquité et est capable de lui assurer une vie douce et agréable jusqu’à la fin des temps.
De même que l’arganier est le pivot des systèmes agroforestiers, la femme est le pivot des structures sociales. En plus de son rôle naturel d’épouse et de mère, elle est la cheville ouvrière de la famille et du douar. Elle est gardienne de troupeaux, elle transporte l’eau, ramasse l’herbe, pile le grain, nourrit les bêtes. Et lorsque ces multiples activités lui laissent quelques instants, elle les occupe à dépulper les fruits, casser les noix, griller et écraser les amandons d’arganier pour en extraire de l’huile. Cette huile sacrée, qu’elle donne de façon symbolique à son bébé avant son propre lait, est bien souvent sa seule source de revenus. L’huile d’argane, alimentaire ou cosmétique, aux vertus reconnues dans le monde entier représente aujourd’hui l’espoir d’une vie meilleure pour ces femmes. Un espoir aussi pour toute une région, si l’arganier est réhabilité et replanté.

Rachida Nouaïm, professeur à l’Université d’Agadir, travaille sur l’arganier depuis 1988. Elle a soutenu une thèse d’Etat marocaine sur ce sujet en 1994 et dirigé des programmes de recherche, notamment dans le cadre de la coopération franco-marocaine. Elle développe actuellement des techniques de sélection et de production de plants pour créer des vergers d’arganier.

haut de la page

© 2006, Arganophiles. Tous droits réservés.